Bivouaquer avec son chien au Mont Aigoual

feu de camp avec son chien

Cette semaine, nous avons décider d’aller bivouaquer avec notre chien. Nous en avons eu très envie tout l’hiver, mais les basses températures nous ont refroidies ! Nous profitons donc de ce printemps pour nous éloigner de la ville, et profiter de la nature en faisant des excursions qui nous reconnectent aux sources.

Depuis toujours, nous emmenons partout avec nous notre chienne Nikita, qui chiot, avait une énergie monstrueuse. Par exemple, sa première vrai randonnée à été faite lors de l’ascension du pic saint Loup, et sa maîtresse était bien plus épuisée qu’elle sur le retour !

A 18 mois maintenant, son caractère excité de chiot prend moins de place et elle devient petit à petit plus calme, et plus vite épuisée après une bonne randonnée ou une grosse partie de jeux avec les copains.

Une fois les sacs préparés, nous montons en voiture, et partons pour les cascades d’Orgon, site sauvage de la vallée du Coudoulous. Direction les Cévennes, sur le versant sud du Mont Aigual.

Début de randonnée :

En début de parcours, nous tombons très rapidement sur la plus spectaculaire des cascades du coin, que nous pouvons admirer de son sommet sur un petit pont mi-bois mi-métal. La vue est saisissante !

Nous avançons sur un très beau sentir, la forêt est composée de résineux, en particulier d’épicéa, et les cours d’eau sont partout. Nous avons deux choix de parcours, ce qui nous permet, suivant notre envie, de marcher entre trois et cinq heures.

Une petite prairie entre ruisseaux et bois nous à particulièrement plu pour établir notre camp. A quelques mètres de là un petit écriteau précise que des mouflons vivent dans les parages. Nikita en a déjà rencontrer plusieurs fois, nous savons qu’elle grognera ou aboiera si elle en voit, mais qu’elle ne s’éloignera pas bien longtemps pour les faire fuir. C’est important de prendre en compte l’environnement quand on part bivouaquer avec son chien.

Voici notre camp pour le bivouac !

Prêts à bivouaquer :

Nous sommes arrivés vers midi, nous avons commencé par chercher du bois sec, chose assez aisée il y en avait partout autour de nous, nous en avons ramasser un sacré paquet, nous avons scier les bûches trop grandes pour le cerclage que nous avons réalisé à l’aide de grosses pierres trouvées au bord de l’eau. Nous avons fait un très beau feu qui à aussitôt servi à cuire nos chipolatas.

Thomas à repérer un énorme tronc à quelques mètres du camp. il en a découper à la hache les branches afin qu’il soit lisse, et l’a fait rouler jusque devant le feu. Nous l’avons caler avec deux grosses pierres, et nous voilà avec un confortable banc trois places ! Il a aussi fabriquer un marteau comme celui de Thor !

Thomas et son marteau de bois amusent beaucoup Nikita. En arrière plan, on voit notre banc.

Nous passons ensuite une bonne partie de l’après-midi sur notre hamac et notre lamzac à nous détendre en papotant, et en passant un excellent moment à jouer avec Nikita. Elle à trouver un petit bâton large en arrivant et ne le lâchait plus, nous réclamant sans cesse de lui envoyer !

La soirée en bivouac :

Avant même la nuit tombée, le climat s’est vite rafraichi, nous nous sommes installés auprès du feu et nous avons préparer le repas, à l’aide de notre grille de barbecue pour cuire le magret de canard et de notre casserole de voyage pour cuire les pâtes, nous avons fait une sauce au vin rouge. Un repas d’exception, qui prouve qu’il n’y a vraiment pas besoin de moyens pour super bien manger, nous nous sommes débrouillés comme des chefs, et ce fût réellement délicieux !

Nous nous sommes régalés, mais n’avons pas oublier la présence de notre chienne. Nous lui avons donc donner sa ration de croquettes en utilisant la gamelle de voyage Truelove.

Cette gamelle pliable est super pratique dans ce type de situation.

Nous avons passer une soirée très agréable à regarder les étoiles. Principalement à parler auprès du feu jusque vraiment tard dans la nuit, car l’ambiance était particulière, nous étions totalement déconnectés du quotidien, nous n’avons pas vu le temps passé car nous nous sommes redécouverts et ce fût réellement un moment unique.

Nous avons ensuite dormi dans notre tente trois places, notre chienne ayant d’ailleurs plus dormi sur nos jambes qu’à la troisième place lui étant réservée à nos côtés. Nous sommes étonnés qu’elle ait été particulièrement sage et nous à bien laisser nous reposer, nous pensions qu’elle aurait davantage relevé les bruits des animaux nocturnes, mais elle devait être fatiguée par la journée que nous venions de passer.

Au petit matin :

Nous nous sommes réveillés en douceur grâce au chant des oiseaux. Nous avons bien dormi malgré une nuit assez fraiche. Au matin, nous avons fait bouillir de l’eau du ruisseau grâce au feu que nous venions de réactiver pour nous préparer des thés plus que bienvenus afin de nous réchauffer.

Nikita vient de sortir de la tente et surveille les alentours !

Nikita était très excitée dès le petit jour, elle à bien récupérer ! Elle a directement été rechercher son bâton de la veille pour nous l’amener dans la tente. Nous lui avons dit non, mais elle insistait. Elle à eu un gros coup de cœur pour lui !

Elle nous à vraiment inciter à nous lever. Bivouaquer avec son chien n’est pas de tout repos ! Après le jeu, nous avons travailler les ordres. Elle était très réceptive à cette activité grâce aux récompenses sous forme de friandises qu’elle adore, que nous rangeons dans la sacoche à friandises Truelove.

Il faut bien repartir…

Nous avons replier le camp étape par étape pour ne pas tout avoir à ranger au dernier moment. Midi arrivant, nous avons préparer le déjeuner.

Nous avons déjeuner une choucroute alsacienne arrosée à la bière par Thomas !

Le soleil s’est mis à vite nous réchauffer. Nous en avons profiter pour nous allonger au soleil afin de fermer un peu les yeux avant de repartir, allégés par rapport à la veille. Nous avons ensuite entamer la bonne marche qui nous attendait avant de retrouver la voiture…

Nous sommes rentrés à Montpellier en fin d’après-midi, heureux de cette expérience enrichissante et de la coupure bénéfique et ressourçante avec la civilisation moderne. Nous n’aurons en tout croisé qu’un couple de randonneur et un groupe de trois cyclistes.

Sentant le feu de bois à plein nez, direction le bain pour les humains, mais nous laissons cette bonne odeur sur notre Nikita, qui est heureuse de retrouver son coussin !

A vos claviers !

Avez-vous déjà bivouaquer avec votre chien ? Si oui est-ce un bon souvenir ? Si non, aimeriez-vous essayer ?

3 réflexions sur « Bivouaquer avec son chien au Mont Aigoual »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *